Notre cerveau en plein gratitude : Des neuroscientifiques ont pris des images !

Dire merci, exprimer une reconnaissance ! C’est plus que de simples mots ou des expressions corporelles. Cela se voit aussi au scanner cérébral…

On a longtemps entendu : « la gratitude est l’un des secrets du bonheur » On apprend à nos petits à dire : merci, et cela va souvent au-delà de la politesse et de la bienséance, ça permet souvent des liens interpersonnels sains. Nous sommes au mois sacré de Ramadan, un mois où les musulmans redoublent de ferveur religieuse et beaucoup multiplient les Dikrs (mantras où l’on rend grâces au Seigneur). Par pur devoir religieux, par besoin d’atteindre un état de béatitude ou souvent les deux, chacun s’y prend selon ses convictions…

Loin de la théologie, des neuroscientifiques dans leurs laboratoires se sont penchés sur la thématique de la gratitude, oui oui ! des recherches sérieuses sont faites dans ce sens… bon nombre de travaux ont montré l’impact de la gratitude sur nos corps, en incluant notre système immunitaire et cardiovasculaire et l’intérêt de la communauté scientifique pour la gratitude va en grandissant.

Une équipe de l’Université de  « Southern California » a mené un projet de recherche sur le réseau neuronal impliqué lorsqu’on ressent de la gratitude, ce qui a mis en lumière la complexité de cette émotion sociale et son lien avec d’autres procédés cognitifs.

Pour s’y prendre, Dr. Glenn Fox et son équipe, ont dû d’abord induire la gratitude chez les participants au projet. Pour se faire, ils ont dû visionner, à la fondation Shoah des centaines d’heures de vidéos pour sélectionner les histoires les plus poignantes des survivants ayant reçu de l’aide d’autrui. Les survivants parlent des étrangers qui les ont cachés, aidé à fuir, qui leurs ont donné des vivres, ou même juste des chaussures pour passer l’hiver…

ScreenHunter_255 Jun. 22 16.45

Ensuite, de toutes ces histoires, l’équipe de chercheurs a tiré 48 brèves vignettes, qu’ils ont invité les 23 participants à lire, alors qu’ils étaient allongés pour recevoir un scanner cérébral. Ex : «  une femme à l’agence de l’immigration met un timbre et cachète sur votre passeport pour que vous puissiez fuir en Angleterre ». Chacun des participants a été invité à s’immerger dans le contexte de l’holocauste et imaginer ce qu’ils auraient ressenti s’ils étaient dans la même situation et noter à quel degré ils se sentiraient reconnaissants – Tout cela alors que l’IRM (imagerie par résonance magnétique) enregistre l’activité de leurs cerveaux.

La lecture des IRMs a montré que les cerveaux en gratitude exhibaient une activité importante de deux régions primaires : le cortex cingulaire antérieur (CCA) et le cortex préfrontal médian (CPFm). Ces deux zones ont été antérieurement associées au processing émotionel, l’attachement interpersonnel, interactions de récompenses sociales, jugement moral et la capacité à comprendre l’état émotif des autres.

« Beaucoup de personnes confondent la gratitude avec l’émotion ressentie quand on reçoit quelque chose. Ce qu’on a trouvé est quelque chose de plus intéressant » Dis Dr. Glenn Fox, « les patterns de l’activité cérébrale montrent que la gratitude est une émotion complexe qui est générée par la manière par laquelle les autres peuvent nous être utiles ».

En d’autres termes, la gratitude ne tourne pas uniquement autour de la faveur ou la récompense, puisqu’elle n’active pas uniquement le centre de récompense cérébral. La gratitude comprend aussi la moralité et la connexion avec autrui.

« C’est génial de voir tous les bénéfices que nous apporte la gratitude, mais on est encore au début. On a encore besoin de voir exactement comme cela marche, quand cela marche et quels sont les meilleurs moyens pour la générer davantage » Réponds Dr. Glenn Fox. « Augmenter nos connaissances sur la gratitude nous rapproche davantage de la compréhension de notre dignité humaine et comment peut-on bénéficier les uns des autres ».

Multiplions donc nos actes et paroles de gratitude, c’est ce que la sagesse humaine universelle a toujours prôné.

Sur ce, je vous remercie, vous qui êtes derrière votre écran, de prendre le temps de me lire.

Ecrit par : Dr. Farida BOUFTASS.

 

Références :

Glenn FOX et al. (2015). Neural correlates of gratitude. Front. Psychol. September issue

Adam HOFFMAN, (2015). What Does a Grateful Brain Look Like? University of Berkley, Greater good.

Photo-courtesy : zcool.com.cn

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s